Quitter Eskern de Frédéric Soulier

     Rien à redire sur la présentation de l'Ebook... C'est propre et agréable à lire. Important à souligner, il est des oeuvres absolument illisibles en format numérique.

     Les personnages sont construits, étudiés, intéressants. Ils existent... Pourtant caché quelque part dans la présentation qui  en est faite, l'on perçoit une fêlure, quelque chose d'incertain toujours prête à se rompre. Conscient du fait que ces deux enfants sont exposés à un danger invisible, on scrute les lignes afin de le voir arriver, peut-être pour les prévenir. En fait, dès les premiers paragraphes de cette nouvelle, le lecteur sent qu'il marche sur un "trampoline" invisible.  Le sol des mots est mouvant. Plus on avance dans le récit,  plus on s'enfonce dans ce morceau de terre perdue sur l'océan,  plus on pressent une fin hors de l'ordinaire. L'on devine qu'il plane sur cette ile un mystère qui peu à peu englobe les personnages de l'histoire.

     Bien sûr, toutes ces légendes bretonnes servent notre imaginaire.  Bien sûr la description très réaliste et juste de l'ile, la rugosité des insulaires, le vent, la mer, la tempête, la solitude... Tout ça nous embarque dans une direction que l'on a Plaisir à fantasmer. On sent les embruns, on sent l'océan, on aperçoit les landes balayées par le froid Gwalarn, il nous arrive même de l'entendre.  Bref, quand on aime la Bretagne, dans cette ambiance "ar Gwenn-ha-du "  que parvient si bien à rendre l'auteur, on se retrouve chez soi ! 

     Écriture et style sont "richement simples"  lorsque l'on a pris la peine d'une "rencontre virtuelle" avec l'auteur, sur les différents réseaux sociaux sur lesquels il s'exprime, on est même surpris par une certaine pudeur et même tendresse, lorsqu’il nous raconte ses personnages. Il les aime... Et il nous les fait aimer.

     La chute ? Ce n'est qu'un avis tout à fait personnel, bien sûr. J'ai regretté la perte de ce son ton au style si âprement poétique. On change d'univers, peut-être un peu trop rapidement. On veut se perdre dans la mer, on veut la défier et la combattre.  La fin est surprenante, déroutante, même si, je dois le dire, je m'y attendais depuis quelques pages déjà... En fait, les images d'un film me sont venues à l'âme lorsque débuta le voyage ultime des "enfants" pour ne pas spoiler, je ne citerai pas le titre du film dans cette mini chronique, mais sans doute que l'auteur le reconnaitra (ou bien je me tiens à sa disposition pour lui révéler le titre) 

     Oui, le seul bémol que je formule après à cet excellent moment de lecture, restera le dénouement qui, à mes yeux, n'est pas au diapason de l'histoire. Je pense qu'il manquait quelques pages pour que cette superbe quête que mènent ces enfants se perpétue. Trop d'explications peut-être ?  Un mystère n'en est plus un lorsqu'il est dévoilé !  Quoi qu'il en soit, merci à l'auteur, il m'a donné l'envie de vite retrouver ma Bretagne !